;
  Retour accueilRetour accueil
Retour accueilRetour accueil
   
     
       
   
 ACCES RAPIDE
 > Accueil
 > Agenda
 > Magazine
 > Découvertes
    Départements
    Gastronomie
    Pyrénées
 > Tourisme
 > Vie locale
 > Web régional
 BONUS
 > Les fonds d'écran
 > Les e-cards


Copyright © 2000-2005
Tous droits réservés


   
Accueil > Découvertes > Gastronomie > Diététique et nutrition
Les bienfaits de la cuisine
à la graisse d'oie et de canard
Les premières études
Dès les années 60, le Pr Serge RENAUD se consacre à l'étude et à la prévention de la maladie coronarienne. En 1978, il découvre l'importance de certains acides gras insaturés pour la prévention des maladies cardio-vasculaires, c'est le début de la voie du "Paradoxe Français". C'est pourquoi le projet MONICA a été lancé en 1987 par l'O.M.S (Organisation Mondiale de la Santé) dans 41 centres répartis dans 21 pays, dont 3 en France (Lille, Strasbourg, Toulouse).
Ainsi, il a été démontré que les habitants du Sud-Ouest, grands consommateurs de cuisine à la graisse d'oie et de canard, ont une des plus faibles mortalités coronariennes et une meilleure espérance de vie.

Paradoxe
Contrairement aux idées reçues, la vertu essentielle de notre alimentation, dont on s'est rendu compte récemment, est sa relative innocuité et sa bonne qualité.
Ce n'est pas le moindre des paradoxes de la cuisine française. De nombreuses études comparatives réalisées à travers le monde démontrent que notre mode d'alimentation n'est finalement pas aussi nocif que l'on a voulu le croire. Plusieurs observations ont conduit les nutritionnistes à réviser leur jugement.
Tout d'abord, le nombre de décès par maladies cardio-vasculaires est nettement inférieur en France que dans les pays anglo-saxons. Pourtant, une analyse quantitative de la nourriture montre que la quantité de corps gras est sensiblement la même. On peut aussi montrer que pour la même quantité de nourriture, un Anglo-saxon grossit, mais non un Français.

Qualités
La qualité de la cuisine française pourrait s'expliquer par la répartition entre les graisses, les sucres et les protéines. Ainsi, le fait de manger systématiquement du fromage à la fin du repas aurait un rôle bénéfique, tout comme la consommation (modérée !!!) de vin.
Mais la cuisine française connaît des différences régionales: les régions du Nord font plutôt de la cuisine au beurre ou à l'aide de graisses animales, tandis que celle du Sud-Ouest utilise davantage de graisse d'oie et de canard.
Après avoir étudié pendant de longues années le comportement alimentaire des ménages et leur santé, il est acquis que le modèle du Sud-Ouest est bien préférable. Sa gastronomie à base de foie gras et de confits serait bénéfique. Les produits d'oies et de canards ont en effet une teneur élevée d'acides gras poly-insaturés et d'acides oléiques, protecteurs de l'organisme, à l'inverse des graisses de porc et d'animaux de boucherie, très riches en acides saturés.

A table !
Il semble donc que nous puissions revenir à plus de fierté à l'égard des habitudes alimentaires du Sud-Ouest, car elles ne seraient pas si désastreuses, constituant même un modèle qui n'aurait pas encore, à ce jour, délivré tous ses secrets. La graisse d'oie et de canard présente des vertus longtemps insoupçonnées, qui la rend aussi bonne pour la santé que l'huile d'olive.
La longévité et la bonne humeur des Gascons en sont le vivant témoignage !

© Médecin-Conseil pour FranceSudOuest

 


 
NEWSLETTER
Entrez votre e-mail et recevez la newsletter
RECHERCHE sur
FranceSudOuest

PRATIQUE
Imprimer
Favoris
 


 
       
         
Qui sommes-nous ? | Contact | Plan du site | Publicité