Cueillette des cèpes

Accueil
cèpes en forêt

Si beau, si bon – Crédit photo: Bernard Spragg – Flickr

27 octobre 2020

De son vrai nom « bolettus », le cèpe est surnommé « Sa Majesté » par bon nombre de cueilleurs. Roi des forêts sitôt l’automne installé, on le trouve en quantité importante dans certaines régions françaises, dont la Nouvelle-Aquitaine, et en particulier les terres médocaines, béarnaises ou périgourdines. En France, seules deux espèces peuvent répondre à l’appellation commerciale de « cèpe » : le cèpe de Bordeaux et le cèpe à tête noire.

Force est de constater que les incessantes averses qui arrosent le Sud-Ouest depuis quelque temps ont largement contribué à une pousse impressionnante du champignon. Ainsi, en Béarn, la récolte se révèle exceptionnelle, avec un produit abondant et de très bonne qualité.

« On a eu des champignons l’année dernière et les autres années, mais là, depuis à peu près quinze jours, les champignons ont commencé à pointer leur nez, et il y en a encore qui poussent, et c’est vraiment une année exceptionnelle ! » reconnait David, un habitant de Mourenx, cité par France Bleu Béarn Bigorre (15/10). En un week-end, le Béarnais a pu cueillir une quinzaine de kilos, un stock suffisant pour organiser de grandes tablées près de la cheminée (ou prévoir des conserves généreuses).

Même constatation en Dordogne, où l’association Cèpes du Périgord continue d’ouvrir ses marchés contrôlés, notamment ceux de Saint-Saud-Lacoussière et Mussidan. Quelques milliers de kilos de champignons ont d’ores et déjà été vendus. On devine que l’omelette va devenir le plat de référence pendant quelques semaines.

Bien sûr, la presse locale a commencé à publier les photos des plus beaux spécimens, affichant des tailles respectables, parfois même impressionnantes.

Si ce n’est déjà fait, il est donc temps de chausser ses bottes, d’attraper son (grand) panier et de partir traquer Sa Majesté dans les forêts du Sud-Ouest. Les novices auraient tout intérêt à accompagner un cueilleur expérimenté pour bien identifier les coins à champignons et choisir les cèpes dignes d’être ramassés. C’est aussi l’occasion rêvée de passer sa journée en forêt et même se découvrir une nouvelle passion, qui peut parfois dépasser la raison.