Parler Sud-Ouest

Accueil
Cruchade : n.f. – De longs siècles durant, la cruchade, bouillie à base de farine de maïs ou de millet, a constitué le plat du pauvre dans le Sud-Ouest. Une fois cuite, on la laissait refroidir. Aujourd’hui, c’est un dessert qui se déguste sous la forme de petites galettes, saupoudrées de sucre.
cruchade


Bastide : n.f. – La bastide désigne une petite ville construite au Moyen-Âge, principalement dans le Lot-et-Garonne. Sa fortification et son implantation stratégique protègent les habitants. La cité, agencée en damier, s’organise autour d’une place centrale, qui accueille le marché.
bastide


Pastis landais : n.m. – Les amateurs du fameux petit jaune en seront pour leurs frais. Loin d’être une boisson alcoolisée, le pastis landais désigne une brioche parfumée à l’anisette, à la vanille, au rhum ou à la fleur d’oranger, que l’on sert parfois accompagnée d’une crème anglaise.
pastis landais


Girolle : n.f. – Conçue dans les années 1960 par une agence d’architecture, la girolle peut être considérée comme la maison emblématique du Bassin d’Arcachon. D’abord destinée aux touristes, elle s’est progressivement imposée comme habitation durable. La girolle présente une ossature bois pré-assemblée, que viennent agrémenter de larges baies vitrées.
maison girolle


Prisse : n.f. – Pelisse en peau de mouton non tannée portée par les bergers landais, souvent juchés sur leurs échasses pour surveiller leur troupeau de moutons. Il fallait trois peaux pour confectionner une prisse, très utile en hiver pour se protéger du froid.
bergers landais portant la prisse


Pinasse : n.f. – C’est le bateau traditionnel du bassin d’Arcachon. D’abord à voile et à avirons puis à moteur, la pinasse est une embarcation à fond plat, de forme effilée, très bien adaptée aux bancs de sable du bassin et au travail des ostréiculteurs. Elle fait aussi le bonheur des vacanciers en été.
pinasse du bassin d'arcachon


Ristoun : n.m. – Dans les métairies landaises du 19e et du début 20e, le ristoun était une petite ouverture dans le mur à travers laquelle passait la tête des bœufs à l’intérieur de la salle commune (l’étable était attenante), ce qui permettait de les nourrir à toute heure sans sortir et de profiter de leur haleine pour chauffer la maison.
illustration du ristoun, une ouverture entre l'étable et la maison landaise.


Demoiselle : n.f. – En Dordogne, la demoiselle désigne la carcasse de canard à laquelle les deux aiguillettes n’ont pas été retirées. Elle se consomme grillée au feu de bois ou bien plongée dans la soupe.


Garburade : n.f. – Championnat du monde de la garbure, la soupe traditionnelle béarnaise, organisé depuis 1993 à Oloron-Sainte-Marie. Une trentaine d’équipes s’affronte en préparant la meilleure garbure, soumise à un jury de professionnels. Ambiance festive et gourmandise garanties !


Pottok : n.m. – Se prononce pottiok – Le petit cheval basque est considéré comme une race primitive, dont l’origine remonte à plusieurs milliers d’années. Le poney fut très utile dans les mines grâce à sa taille et dans les champs grâce à sa force. On le voit aujourd’hui galoper librement sur les massifs basques ou bien dépendre d’un élevage.


Carrelet : n.m. – Répandu sur les bords de la Garonne et de la Dordogne, le carrelet est un filet de pêche attaché à une perche installée sur un ponton. L’ensemble est complété par une cabane de bois. C’est un lieu convivial et très fréquenté à la belle saison.
carrelet


Banda : n.f. – Fanfare hyper joyeuse composée le plus souvent de trompettes, de clarinettes, saxophones, trombones et grosses caisses qui anime les ferias, les corridas ou les matches de rugby.
Banda prête à jouer

Lauburu : n.m. – La croix basque reste mystérieuse sur son origine et sa réelle signification. Ses virgules symbolisent les quatre éléments pour certains, les quatre saisons pour d’autres. Selon l’historien Claude Labat, « Il s’agit d’un symbole d’action, évoquant la notion de cycle, de régénération perpétuelle qui parle de l’éternité de la vie. »
croix basqie


Chartreuse : n.f. – Au 18e siècle, les riches Bordelais fuient la chaleur estivale de la ville pour se réfugier dans leur élégante résidence secondaire, la chartreuse. Construite à proximité des vignobles, la maison est allongée, pourvue d’un seul niveau, mais rehaussé. Cette astuce permet, dans certains cas, d’installer une vaste terrasse, que sert un escalier prestigieux.
chartreuse en gironde


Jimboura : n.m. – Soupe de légumes préparée dans le bouillon de cuisson des boudins, toujours savourée en Dordogne. Le bouillon doit être très gras. Parmi les légumes, citons les poireaux, les carottes, les oignons ou le chou-rave.
jimboura


Lamproie : n.f. – Espèce emblématique de l’estuaire de la Gironde, la lamproie est un poisson ressemblant à une anguille. Elle n’est pas dotée de mâchoires, de nageoires latérales ni mêmes d’écailles. Sa bouche circulaire laisse voir de petites dents cornées, qui lui permettent de se fixer aux autres poissons pour se nourrir de leur sang.
lamproies


Bordeluche : n.m. – Langage parlé de la région bordelaise, dérivé de l’occitan, encore très vivant. Exemple: « Arrête de faire le barbot ou tu vas te faire déjouquer du dèbe, cacali ! » On vous laisse traduire.
mots du bordeluche


Cyrano de Bergerac : n.p. – Personnage flamboyant immortalisé par Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac a réellement existé. Né à Paris en 1655, il était libertin, militaire, auteur, philosophe, libre-penseur, mais pas du tout…gascon. Sa famille, riche et anoblie, a en effet acheté les terres de Bergerac, en vallée de Chevreuse.
oeuvres de cyrano de bergerac


Airial : n.m. – Dans les Landes, l’airial a longtemps représenté un petit territoire de vie au cœur de la lande puis de l’immense forêt de pins plantée au 19e. Il était constitué de fermes, de bâtiments d’exploitation et d’une maison de maître, dévolue au propriétaire.
airial


Basajaun : n.p. – Personnage légendaire du Pays Basque. Grand, puissant, velu, avec une longue chevelure qui lui masque le visage, c’est le Seigneur des forêts. Craint des hommes, il est considéré comme le génie protecteur des troupeaux de brebis.
basajaun


Grenier médocain : n.m. – Charcuterie préparée à base de panse de porc, d’ail, de sel et de poivre puis plongée de longues heures dans un bouillon aromatique. Se déguste froid, à l’apéro ou en entrée. Sert toujours de casse-croûte aux vignerons.
grenier médocain


Cagot : n.m. – En pays béarnais, les cagots désignaient au Moyen-Âge les personnes soumises à une infirmité réelle ou supposée, qui les privait de nombreux droits : obligation de vivre à part du village, place en retrait dans les églises, impossibilité de se confesser, interdiction d’avoir des bestiaux… Des intouchables, en quelque sorte.
défilé de cagots au moyen-âge


Jacqueline : n.f. – La jacqueline est une boisson très appréciée et donc très consommée lors des ferias du Sud-Ouest. Sa composition ? 7 cl de vin blanc, 2 cl de limonade et 1 cl de sirop de grenadine. Quelques variantes peuvent être proposées, comme remplacer le vin blanc par du rosé ou la limonade par du Sprite ou un autre soda blanc.
amis s'apprêtant à boire une jacqueline


Cagne : n.f. – Ceux qui parlent le bordeluche (patois de la région bordelaise, dérivé de l’occitan) connaissent bien ce mot. Avoir la cagne, c’est faire preuve d’une paresse sincère et épaisse. Bref, vouloir en faire le moins possible.
Avoir la cagne