Au fil de l’actu

AccueilArchives
Crédit photo : rakka_pl - Flickr

Crédit photo : rakka_pl – Flickr

Mercredi 27 mai 2020

Le week-end de la Pentecôte sonne l’ouverture de la dune

Le grand soleil qui inonde le pays depuis déjà quelques jours contribue certainement à rendre le déconfinement encore plus agréable. Après l’ouverture des plages, des premiers musées et centres culturels, c’est au tour de l’emblématique dune du Pyla d’accueillir le public.

Le personnel du site est à pied d’œuvre depuis déjà quelques jours pour préparer et organiser le flux des visiteurs.

« Plus que les autres années encore, la visite de la Dune est à préparer et à anticiper. Le nombre de personnes accédant au site est régulé, en restreignant le nombre de véhicules en simultané (560 places au lieu de 750 places disponibles). Cette réduction de 25% de la capacité d’accueil a été calculée en fonction de la superficie de l’espace et des normes de distanciation physique » précise ainsi TVBA sur son site Internet.

dune du pyla

Crédit photo: Lena Glockner – Flickr

Quelques mesures strictes entourent en effet la réouverture de la dune. Ainsi, l’escalier ne sera disponible que pour la seule ascension, l’objectif étant bien d’éviter une trop grande proximité entre les personnes susceptibles de se croiser.

Cette séparation entre « entrants » et « sortants » sera appliquée dans tous les autres espaces du site, qu’il s’agisse des sanitaires ou du point d’information.
Petite singularité : le paiement s’effectuera à la sortie afin d’éviter la moindre file d’attente.

Malgré ces petites contraintes, il est à parier que les visiteurs seront nombreux ce week-end à grimper la dune pour profiter de son exceptionnelle vue du Bassin.

Source: TVBA (La télévision du Bassin d’Arcachon) – 27/05/2020

Jeudi 21 mai 2020

Déconfinement : musées et autres sites culturels accueillent le public

C’est une information drôlement pratique que publie France 3 Nouvelle Aquitaine sur son site Internet : la liste des établissements ayant reçu une autorisation préfectorale de réouverture. On imagine bien la joie des personnels, mais aussi et surtout celle du public. Doucement, la vie normale semble reprendre ses (drôles de) droits, entre liberté de mobilité dans un rayon de 100 km, concept de plage dynamique, vente à emporter et port du masque dans les transports.

En Dordogne, le musée du tabac ouvre la danse. D’autres établissements devraient l’imiter dès le mois de juin.

En Gironde, outre les galeries d’art, le musée Mer Marine de Bordeaux, le musée national des Douanes, la maison de l’Huître de Gujan-Mestras ou encore le parc du château de la Brède trépignent d’impatience à l’idée de revoir du monde.

Dans les Landes, le célèbre musée Despiau-Wlérik reprend vie. Les autres établissements devraient aussi s’oxygéner dès le mois prochain.

Dans le Lot-et-Garonne, le musée des Beaux-Arts d’Agen vous dévoile ses collections. Celui de Nérac impose des conditions minimales dans un premier temps.

Enfin, parmi les quelques sites rouverts des Pyrénées-Atlantiques, citons la Villa Arnaga à Cambo-les-Bains et le musée des Beaux-Arts de Pau.

La liste exhaustive des sites est publiée sur le site de France 3.

Source: France 3 Nouvelle Aquitaine – 21/05/2020

villa arnaga

La Villa Arnaga et ses fleurs retrouvent les visiteurs – Crédit photo: Gentil Hibou — Travail personnel – CC BY-SA 3.0

Vendredi 15 mai 2020

La préfecture interdit la consommation des huîtres et palourdes du banc d’Arguin

Alors que la reprise progressive de l’activité laisse entrevoir les dégâts économiques générés par la crise du Covid-19, les ostréiculteurs du Bassin d’Arcachon, dont les ventes ont chuté de 80%, font face depuis le 15 mai à une interdiction préfectorale de pêche et de vente des coquillages issus du banc d’Arguin.

En cause ? La contamination des huîtres et des palourdes par les toxines lipophiles, repérées par le réseau de surveillance de l’IFREMER ces derniers jours. Ces toxines, qui s’apparentent à des microalgues toxiques, sont susceptibles de provoquer des troubles digestifs chez l’homme.

Cette situation sanitaire est d’autant pus rageante que les ostréiculteurs venaient de recevoir l’autorisation de rouvrir leurs cabanes et de relancer une partie de leur activité économique.
Un petit rayon de soleil néanmoins : seules sont touchées les huîtres et les palourdes en provenance du banc d’Arguin et des passes du Bassin. Les crustacés de l’intérieur du Bassin pourront continuer d’être prélevées.

Les prochaines analyses permettront de déterminer la disparition totale de la toxine, préalable à la reprise de la commercialisation.

passes du bassin d'arcachon

Les coquillages issus du banc d’Argin et des passes jugées impropres à la consommation – Crédit photo: Mtu33260 – CC BY-SA 3.0

Sources: 20 MinutesSud-Ouest France Bleu Gironde – 15/05/2020

Samedi 9 mai 2020

La saison thermale pourrait s’ouvrir à la mi-juillet

Le marasme économique généré par la crise sanitaire ne cesse de se diffuser auprès de tous les secteurs d’activité du Sud-Ouest. Viticulteurs, producteurs de foie gras, moniteurs de surf, commerçants, guides touristiques, chauffeurs de taxi… Tous attendent impatiemment la première étape du déconfinement, le 11 mai prochain.

En revanche, certains autres acteurs de la vie économique devront encore patienter quelques semaines. C’est le cas bien sûr des hôtels et restaurants, mais aussi des centres thermaux, qui jouent un rôle important d’accueil dans le Sud-Ouest grâce à la richesse de ses eaux.

À Dax, première destination thermale de France, l’interrogation se prolonge et inquiète les professionnels. « Avec plus de 60.000 curistes reçus chaque année dans 17 centres employant directement plus de 800 personnes, le thermalisme dacquois est un poumon de l’économie locale : chaque curiste injecterait en moyenne 2.400 euros dans celle-ci » précise le site PressLib’ (07/05/20).

La ville landaise souffre d’autant plus qu’elle a déjà dû procéder à l’annulation de sa célèbre feria, qui attire plusieurs centaines de milliers de festayres chaque année.

La même constatation de pertes financières prévaut dans les autres cités thermales, à l’instar de Capvern, de Cambo ou d’Eugénie-les-Bains.
Les acteurs du thermalisme, aidés d’une vingtaine de députés, ont exprimé par écrit leur inquiétude au Premier ministre, en espérant une réouverture générale des établissements avant la mi-juillet. La démarche serait bien sûr parallèle à l’ouverture des bars, restaurants et hôtels, indispensables à la vie des curistes.

La plus grande prudence doit néanmoins s’imposer dès lors que la majorité des patients accueillis dans les centres thermaux se compose de personnes âgées, plus aptes à contracter la maladie comme le démontrent les statistiques depuis le début de l’épidémie.

fontaine d'eau chaude à Dax

La célèbre fontaine chaude de Dax – Crédit photo: AubdaX — Travail personnel – CC BY-SA 4.0

Source : PresseLib’ – 07/05/2020

Lundi 4 mai 2020

Les démarches en faveur de la réouverture des plages se multiplient ces derniers jours

L’annonce du 1er juin comme jour officiel de réouverture des plages du littoral français semble avoir été mal perçue par les élus locaux. Ces derniers, comme de nombreux surfeurs ou sportifs, espéraient que la première phase du déconfinement, le 11 mai prochain, permettrait de fouler le sable blond des plages et de s’attaquer aux jolies vagues de saison.

Depuis quelques jours, cependant, les élus locaux livrent bataille pour ouvrir les plages dans de meilleurs délais. Dans une interview au Parisien, Guillaume Barucq, adjoint au maire de Biarritz, rappelle ainsi les bienfaits de l’océan sur les défenses immunitaires grâce à la forte teneur de sels minéraux.

La fédération française de surf n’hésite pas à rappeler, sur sa page Instagram, que l’océan est son jardin et reste essentiel à sa vie.

Une pétition dédiée à la réouverture du littoral français, lancée par de nombreux maires, recueille quant à elle plus de 55 000 signatures.

La dernière initiative en date, nous apprend le journal Sud-Ouest, est celle initiée par le sénateur des Landes Éric Kerrouche, qui vient de déposer un amendement au projet de loi de prorogation de l’urgence sanitaire, autorisant l’accès aux plages pour une pratique sportive.

Cette réouverture se placerait sous la définition de « plage dynamique ». Elle signifie en fait que la plage serait ouverte à tous ceux soucieux de pratiquer une activité sportive, en lien avec l’environnement du littoral. On pense bien sûr au surf, au paddle, à la natation et même au footing.

surf à lacanau

Le surf bientôt de retour sur les plages du Sud-Ouest, comme ici à Lacanau ? Crédit photo: FranceSudOuest

Le gouvernement communiquera assez rapidement sa réponse. Pour le moment, l’interdiction d’accès se justifie par la crainte des regroupements, à la veille des jours fériés des mois de mai et juin.

Source: Sud-Ouest – 04/05/2020